Pouvez-vous assassiner un robot?

Copyright vum Bild
Université de Ryserson

Bildbeschreiwung

La route peut être un endroit isolé lorsque vous êtes un petit robot

En 2015, un auto-stoppeur a été assassiné dans les rues de Philadelphie

Ce n'était pas un crime ordinaire. L'auto-stoppeur en question était un petit robot appelé Hitchbot. La “mort” a soulevé une question intéressante au sujet de la relation homme-robot – pas tant pour savoir si nous pouvons faire confiance aux robots, mais pour savoir si les robots peuvent nous faire confiance.

Il semble que la réponse soit non.

Hitchbot a été reconstruit. , à la Ryerson University, à Toronto, où il a été conçu.

Son histoire est peut-être le récit ultime de la destruction dXCHARXun robot, dXCHARXautant plus poignante quXCHARXelle a été conçue pour être enfantine et entièrement non menaçante. [19659007] Avec des nouilles de piscine pour les bras et les jambes, un récipient à gâteaux transparent pour une tête, un seau blanc pour un corps et reposant sur le siège auto de l’enfant pour permettre à toute personne de le prendre pour le transporter en toute sécurité, c’était comme un dessin animé . Si un enfant concevait un robot, il ressemblerait probablement à Hitchbot.

L'équipe l'a délibérément mise sur le bon marché, décrivant son apparence comme étant «un chic de vente de garage». Ils savaient que cela pourrait leur nuire.

Pour être qualifié de robot, il devait disposer de quelques composants électroniques de base – notamment un récepteur GPS (système de positionnement global) pour suivre son parcours, ses mouvements dans les bras et un logiciel lui permettant de communiquer lorsque des questions lui étaient posées. Il pouvait aussi sourire et cligner des yeux.

Et, bien sûr, il pouvait bouger son pouce.

“Il était extrêmement important que les gens lui fassent confiance et veuillent l’aider, raison pour laquelle nous l’avons fait. le Dr Frauke Zeller, qui dirigeait l’équipe avec son mari, le professeur David Smith.

L’aventure a bien commencé: Hitchbot a été récupérée par un couple de personnes âgées et emmenée camper à Halifax. Nouvelle-Écosse, suivie d’une visite touristique avec un groupe de jeunes hommes. Ensuite, il a été invité d'honneur à un pow-wow des Premières nations, où il a reçu le nom “Iron Woman”, lui attribuant un sexe.

Le robot a recueilli des milliers de fans en cours de route, beaucoup parcourant de nombreux kilomètres. être la prochaine personne à donner un ascenseur.

Parfois, la position GPS du robot devait être désactivée afin que ceux qui le ramenaient à la maison ne soient pas assaillis devant leur maison.

Copyright vum Bild
Hitchbot

Bildbeschreiwung

Hitchbot se voit attribuer un Nom de la Première nation, qui se traduit par Iron Woman, lui attribuant un sexe pour la première fois

Le robot a certainement fait appel et l'équipe derrière elle a été submergée de demandes de la presse internationale dès le début.

Hitchbot se voit attribuer ses propres comptes sur les réseaux sociaux sur Twitter, Facebook et Instagram et remporte un succès instantané, gagnant des milliers d'abonnés.

“Les gens ont commencé à décorer Hitchbot avec des bracelets et autres bijoux. Ce petit robot au design simple Cela a déclenché tant de créativité chez les gens. C’est l’une des retombées les plus importantes de l’expérience: il faut cesser de dire aux gens ce qu’il faut faire avec la technologie “, a déclaré le Dr Zeller.

Mais l’aventure de Hitchbot était sur le point de se terminer brutalement

“Un jour, nous avons reçu des images d’Hitchbot couché dans la rue, les bras et les jambes déchirés et la tête manquant”, a déclaré le Dr Zeller.

“Des milliers de personnes dans le monde ont été touchées. Hitchbot était devenu un symbole important. de la confiance. C’était très triste et cela nous a frappés, ainsi que toute l’équipe, plus que je ne l’aurais imaginé. ”

Bildbeschreiwung

Hitchbot, le nouveau-né, partage un biscuit

LXCHARXéquipe a reconstruit Hitchbot, même si sa tête nXCHARXa jamais été retrouvée. Ils ont manqué de lXCHARXavoir et ont été inondés de demandes pour Hitchbot 2.0, bien quXCHARXils nXCHARXaient pas prévu de nouveau voyage en voiture.

BBC News a rejoint le Pr Smith et le Dr Zeller pour emmener Hitchbot 2.0 lors de lXCHARXune de ses premières sorties, dans un café à côté de lXCHARXuniversité. Le robot a été immédiatement reconnu par les passants, dont beaucoup se sont arrêtés pour discuter et prendre un selfie de Hitchbot. Ils semblaient tous ravis de voir le robot revenir en un seul morceau.

L'équipe de Ryerson collabore également avec Softbank's Pepper, un robot enfantin aux yeux grands et archétypes, pour un autre test de la relation de confiance avec les humains. Pepper sera utilisé pour parler avec les patients du traitement du cancer. La théorie est que les patients communiqueront plus ouvertement avec Pepper qu'avec un soignant humain

Battre des bots

Copyright vum Bild
Innvo Labs

Bildbeschreiwung

Pourriez-vous nuire à un robot dinosaure?

Hitchbot n'est pas le premier robot à se heurter à une fin violente.

La ​​professeure Kate Darling, du Massachusetts Institute of Technology (MIT), a encouragé les gens à frapper les robots dinosaures avec un maillet, dans le cadre d'une expérience testant à quel point méchant nous pourrions être sur une machine.

La ​​plupart des gens ont du mal à blesser les robots, conclut le professeur Darling.

“Il y avait une corrélation entre le degré d'empathie des gens et le temps qu'il fallait pour les convaincre de frapper un robot”. A déclaré à BBC News, dans son laboratoire à Boston.

“Qu'est-ce que cela dit de vous en tant que personne si vous êtes prêt à être cruel envers un robot. Est-ce moralement dérangeant de battre quelque chose qui réagit de manière très réaliste? ” elle a demandé.

La ​​plupart des gens ont réagi en protégeant et en prenant soin des robots.

XCHARXUne femme était tellement bouleversée quXCHARXelle a retiré les piles du robot pour ne pas ressentir la douleurXCHARX, a déclaré le Prof. Darling. 19659007] Rosalind Picaurd, responsable du Affective Computing Lab, également basé à lXCHARXInstitut de technologie du Massachusetts (Massachusetts Institute of Technology), pense que cela relève de la nature humaine.

Copyright vum Bild
Université de Ryerson

Bildbeschreiwung

Peut-être L’image la plus révélatrice des voyages de Hitchbot est celle-ci, où son “propriétaire” temporaire a décidé qu’il aurait besoin de dîner et que les batteries seraient un bon traitement pour les robots. Le chien n'est pas si sûr

“Nous sommes faits pour les relations, même nous, ingénieurs, et c'est une chose tellement puissante que nous y adaptons les machines”, a-t-elle déclaré.

Mais il est important que les robots comprennent les émotions humaines, car ce seront leurs anthropomorphiser les machines.

“Nous sommes à un moment crucial où nous pouvons choisir en tant que société de ne pas induire les gens en erreur en leur faisant croire que ces machines sont plus humaines que ils sont “, a déclaré le professeur Picaurd à BBC News, dans son laboratoire.

” Nous savons que ces machines sont loin d’être aussi efficaces que les capacités de l’homme. Elles peuvent le simuler pour le moment d’une interview et avoir l’air réaliste et dire ce qu’il faut. chose dans des situations particulières. ”

“On peut montrer à un robot l'image d'un visage souriant mais il ne sait pas ce que l'on ressent quand on est heureux.

” On peut donner des exemples de situations qui font sourire les gens, mais ça ne le fait pas. Je ne comprends pas que ce soit un sourire douloureux. “

Copyright vum Bild
MIT

Bildbeschreiwung

Le professeur Picaurd admet que même les ingénieurs s'attachent aux machines avec lesquelles ils travaillent

Mais le professeur Picaurd a admis qu'il était difficile de ne pas ressentir de sentiments envers les machines avec lesquelles nous nous entourions et a avoué que même elle était tombée dans ce piège, en traitant sa première voiture “comme si elle avait une personnalité”.

“I Quand elle a été vendue, elle m'a renvoyé une larme, ce qui était ridicule “, a-t-elle déclaré.

Dans son laboratoire, des ingénieurs conçoivent des robots qui peuvent aider les humains, mais ne semblent pas nécessairement humains.

Un projet porte sur des robots pouvant accompagner des enfants dans les hôpitaux lorsque leurs parents ou une infirmière ne sont pas disponibles. Et ils travaillent sur un robot qui sera capable d'enseigner aux enfants, mais aussi de leur montrer comment faire face au fait de ne pas savoir.

Nous devrons peut-être limiter notre réaction émotionnelle aux robots, mais il est important que les robots comprennent la nôtre, selon nous. au professeur Picaurd.

“Si le robot fait quelque chose qui vous agace, alors la machine devrait voir que vous êtes irrité et – comme votre chien – fait l'équivalent de poser sa queue, de mettre ses oreilles en arrière et de ressembler à ce qu'il a fait. une erreur “, a-t-elle déclaré.

Robots tueurs

Copyright vum Bild
Getty Biller

Bildbeschreiwung

Il est peu probable que les robots de guerre soient de véritables robots et ressemblent à des armes classiques, mais avec une autonomie

Le professeur Noel Sharkey, robotiste, pense également que nous devons dépasser notre obsession de traiter les machines comme si elles étaient des êtres humains.

“Les gens perçoivent les robots comme un élément entre un objet animé et un objet inanimé et cela a à voir avec notre anthropomorphisme intégré”, a-t-il déclaré à BBC News.

“Si les objets bougent d'une certaine manière, nous pensons qu'ils

“Ce que j’essaie de faire, c’est d’empêcher les gens d’utiliser ces analogies stupides et ces mots humains pour tout.

“Il est temps que nous développions notre propre langage scientifique.”

Pour prouver son point de vue, lors d'une conférence à laquelle il a assisté récemment, il a ramassé un sceau robotique extrêmement mignon, conçu pour les soins aux personnes âgées, et a commencé à se cogner la tête contre

“Les gens m'appelaient un monstre, a-t-il déclaré.

En fait, le professeur Sharkey est bien plus pacifiste et dirige la campagne visant à interdire les robots tueurs, ce qui, à son avis, est une question d'éthique beaucoup plus pressante. Problème dans la robotique moderne.

“Ce ne sont pas des robots à apparence humaine, a-t-il déclaré.

” Je ne parle pas de Terminators avec une mitrailleuse.

“Ces armes ressemblent à des armes classiques, mais sont conçus de telle sorte que la machine sélectionne sa propre cible, ce qui est pour moi contraire à la dignité humaine. “

Le professeur Sharkey énumère certains des projets en cours qu'il pensait traverser la ligne de mire en territoire non éthique:

  • Harpy – un système d'armement israélien conçu pour attaquer les signaux radar, avec une ogive hautement explosive. Si le signal n’est pas israélien, alors il lance des bombes en piqué
  • un super-char autonome mis au point par l’armée russe
  • un fusil autonome conçu par Kalachnikov

. Il travaille depuis un certain temps à l’ONU. cinq ans pour la signature dXCHARXun nouveau traité international interdisant leur utilisation ou stipulant quXCHARXils ne peuvent jamais être utilisés sans XCHARXcontrôle humain significatifXCHARX XCHARX 26 pays sont actuellement signés, y compris la Chine.

Listen to more sur cette histoire: pouvez-vous assassiner un robot? Le documentaire, BBC World Service, diffusé le 17 mars

Dësen Artikel erschéngt éischter https://www.bbc.co.uk/news/technology-47090174